Carnet de voyage 2

9 juillet 2023

Parcourant la Gaspésie dans le sens des aiguilles d’une horloge depuis déjà 15 jours, chaque journée, mon étonnement grandit à voir combien ce circuit touristique, habituellement très prisé, m’apparaît pour le moins boudé par les visiteurs. Certes, les vacances de la construction n’arriveront que dans deux semaines, mais la situation me semble anormalement calme.

Des gérants de camping avec lesquels j’abordais la question évoquaient que la météo rébarbative des dernières semaines pouvait avoir eu un effet négatif sur l’affluence. Cependant, la plupart s’entendaient pour dire que l’incertitude économique, les taux d’intérêt, l’augmentation des coûts constituaient probablement le plus important effet dissuasif. Selon eux, cette année, les caravaniers auraient tendance à écourter leurs arrêts en retranchant une journée ou deux sur la durée de chacun.

Sans remettre en question leurs observations, j’ai peine à comprendre l’économie que peut représenter un tour de la Gaspésie duquel on retrancherait deux, trois ou même six, sept jours. Après tout, peu importe, le nombre de jours, les kilomètres à parcourir eux, ne diminuent pas. Or, le coût du transport constitue une part très importante d’un voyage en véhicule récréatif. Quant aux activités, les visiteurs viennent souvent dans la région à cause de la magnificence des paysages, pour la pureté et l’odeur de l’air salin, autant de merveilles qui ne coûtent rien. Quant aux repas, pourvu que l’on n’abuse pas des restaurants, cuisiner dans un VR ou à la maison revient sensiblement au même prix.

Depuis trois jours, nous sommes arrêtés au Géoparc de Percé, un camping en plein coeur du village. Un emplacement sans services facturé à 44,68 $ par jour toutes taxes comprises ne m’apparait pas abusif. Même si Percé constitue l’endroit le plus connu de la Gaspésie, cette année, la foule s’y fait rare. Je vous joins deux photos prises aujourd’hui même, en ce samedi 8. Quelques heures seulement les séparent, 13 h 30 et 17 h. Vous y constaterez combien ce camping qui, durant la haute saison, affiche complet la plupart du temps, semble désert.

Image Camping Caravaning Photo prise à 13h30
Image Camping Caravaning Même scène, à 17h.

Personnellement, j’en perds mon latin. Alors, si vous pouvez m’expliquer ce qui se passe, j’en serais fort heureux. Toutefois, j’y vois une opportunité pour ceux qui n’ont pas encore arrêté leur destination de vacances. Jetez donc un coup d’œil vers l’est, vous ne serez pas déçus, avec en prime la quasi-certitude de dénicher un emplacement de camping sans trop de soucis.

Commentaires

Pour nous faire part de votre commentaire sur ce billet, veuillez remplir ce formulaire.

*Seul votre prénom et commentaire seront publiés

Sur le même sujet

Yves et Joanne

Nouvelle-Écosse

10 avril 2024

En savoir plus +

Paul Laquerre

Quand la réalité se moque de la théorie

8 avril 2024

En savoir plus +

Paul Laquerre

Sur la route des détours

2 avril 2024

En savoir plus +