La saison 2021 se déroule sous le thème « Le meilleur du camping » et vous risquez d’entendre parler de la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC) sur pratiquement toutes les tribunes lors des prochaines semaines. Parce que la cote de popularité de notre loisir atteint des sommets, oui, mais surtout parce l’organisme a invité le populaire comédien et animateur Paul Houde, un caravanier passionné, à devenir son tout premier porte-parole.

Cette association, qui peut sembler toute naturelle, tient pourtant presque du miracle. Sans exagérer ! Il faut savoir que  l’animateur de l’émission Les week-ends de Paul Houde, sur les ondes du 98,5 FM, a toujours décliné de s’associer publiquement à une cause ou de représenter un organisme. Et ce n’est pas faute d’avoir reçu de nombreuses demandes en 46 ans de carrière médiatique. La raison en est fort simple : le touche-à-tout tient mordicus à éviter les conflits d’intérêts. « Imaginez que je sois le porte-parole de la fondation d’un hôpital, par exemple, et que l’établissement en question soit soudainement aux prises avec une éclosion de COVID-19. Je serais bien mal placé pour traiter de la nouvelle », explique-t-il.

Pourquoi donc avoir choisi de briser la tradition en s’associant avec la FQCC ? Avant tout parce l’homme de 66 ans croit en la valeur de la mission et à la qualité du travail de l’organisation, dont il est membre depuis 2017.

« Selon moi, la première chose qu’un nouveau caravanier devrait faire, au moment même de s’acheter un VR, c’est d’adhérer à la fédération, soutient-il. Cela va de soi : les avantages sont tellement nombreux ! »

Il estime qu’à moins de 75 $ par année, les services offerts sont inestimables. D’ailleurs, il ne compte plus le nombre de fois où il a suggéré à des amis campeurs de suivre un cours ou une formation de l’École FQCC ou de lire Camping Caravaning, une source d’information extraordinaire.

À ceux et celles qui rétorquent que des renseignements sur le camping, on en déniche sur le web sans avoir à débourser un sou, Paul Houde réplique du tac au tac que « ça n’a rien à voir. À la FQCC, l’expertise est là, les sources sont fiables. Et grâce aux outils de référence que l’on reçoit annuellement, on gagne tellement de temps ! » Ainsi, il garde toujours son exemplaire du répertoire hors série Camper au Québec dans le coffre à gants de son autocaravane lorsqu’il voyage. L’at-il parfois utilisé pour faire des réservations à la dernière minute ? « Je ne les compte plus… », assure-t-il.

Image Camping Caravaning Porte-parole de la FQCC en 2017

La meilleure lecture de détente

Quand l’animateur affirme que sa lecture de détente préférée, c’est la publication que vous êtes en train de parcourir, on pourrait croire qu’il cherche à nous flatter. Ce serait bien mal le connaitre ! Camping Caravaning, Paul Houde en lit tous les numéros du début à la fin tellement il trouve la publication captivante. « Le magazine m’impressionne beaucoup, confie-t-il. C’est l’un des rares dans lequel non seulement les articles sont intéressants, mais la publicité aussi. J’y ai découvert des produits que je n’aurais pas connus autrement et plusieurs ont vraiment fait toute une différence dans ma vie de caravanier.
J’attends chaque nouvelle parution avec impatience ! », mentionne celui qui a eu la piqure du caravaning en 2015, à la suite d’un voyage mémorable au Dakota du Sud et au Wyoming.

Paul Houde ne tarit pas d’éloges non plus à propos des services « remarquables » qu’offre la FQCC, dont l’Assistance routière, un service optionnel auquel il adhère. Cela lui a permis d’éviter qu’une situation devienne cauchemardesque, un dimanche matin à 7 h, alors qu’il se trouvait sur la route, dans les Rocheuses, loin des grands centres. « Boum ! Sans prévenir, une double crevaison est survenue. Nous avons à peine eu le temps de nous tasser et d’arrêter le VR, tout près
d’un circuit de go-kart. » Après avoir repris son souffle, il a tout de suite téléphoné à l’Assistance routière afin d’obtenir du dépannage. S’il avait bien peur de devoir patienter sur place jusqu’au lendemain, étant donné l’heure et le lieu, la dame qui lui a répondu a fait des pieds et des mains pour lui venir en aide. « Si bien qu’en deux heures, elle a réussi à trouver quelqu’un qui a pu faire la réparation. Nous avons pu reprendre la route en toute sécurité peu après. »

Le conseil de Paul Houde

Depuis qu’il pratique le caravaning, Paul Houde en a appris, des choses sur le sujet. En se documentant, bien sûr, mais aussi sur le tas. S’il a un conseil à donner aux lecteurs tentés de devenir caravaniers, mais qui hésitent à faire le saut, c’est de louer un VR avant d’en acheter un. « Débourser 1 000 $, 2 000 $ pour mettre à l’essai ce mode de vie, c’est bien peu comparé à ce qu’il pourrait en couter si l’on se rend compte, après l’achat, qu’au bout de compte, le camping, ce n’est pas pour soi. Ou encore qu’on se sentirait plus à l’aise dans un type de VR différent. Ça arrive et c’est correct, mais mieux vaut l’apprendre plus tôt que tard et, surtout, avant de s’endetter pour 20 ans. » Lui-même a mis ces sages paroles en pratique. « Pendant trois étés, j’ai passé mes vacances dans une autocaravane de classe B de location. Je voulais être certain que ma conjointe et moi allions aimer voyager de cette façon avant de faire une dépense importante. Cela s’est révélé une excellente idée puisque Francine a réalisé qu’elle serait plus à l’aise dans un VR à l’habitacle plus spacieux », relate-t-il. Cette constatation a mené le couple à faire l’achat d’une autocaravane de classe C Thor Quantum, une « petite merveille pourvue d’une seule rallonge escamotable » qu’il retrouve avec plaisir tous les printemps depuis quatre ans, à sa sortie de son lieu d’entreposage intérieur pour la saison froide.

Image Camping Caravaning

Sur le même sujet

Voyager seul en VR - Camping Caravaning

Voyager seul en VR

Vol 29, no. 2, Mai 2023

Lire l’article