L’été dernier, les routes du Canada ont été prises d’assaut par les touristes, habitués ou néophytes du caravaning. Pour certains, c’était un peu par dépit, à défaut de pouvoir se rendre aux États-Unis ou ailleurs en adoptant un tout autre mode de vacances (avion, hôtel, location d’appartement ou de maison). Faisant contre mauvaise fortune bon cœur et s’adaptant à l’ère « covidienne », plusieurs se sont tournés vers le camping en achetant, empruntant ou louant un véhicule récréatif et ils sont partis sur la route. Eh bien, il semble que de nombreux nouveaux et anciens campeurs y aient pris gout, puisque cet été, ils le referont.

Coup de coeur des nouveaux adeptes

Octavie Albert et son conjoint Thomas se sont acheté une fourgonnette GMC Vandura 1994 en juin 2020. «C’était mon cadeau pour mes 30 ans, dit-elle. Ça faisait quelque temps que je rêvais d’avoir ma propre fourgonnette pour sillonner les routes. J’ai beaucoup d’amis qui ont adopté ce mode de vie en partant plusieurs mois et ça me faisait rêver! Alors oui, je pense que j’aurais acheté un tel véhicule un jour, mais la pandémie a surement accéléré mon processus de réflexion. Ça nous a pris un à deux mois pour le trouver; ce n’était pas de tout repos!»

Une fois en possession de leur véhicule de rêve, baptisé Yvon (pour « ils vont à l’aventure »), ils sont partis en famille (le couple, leur chatte Datcha et Yvon !) sur les routes du Québec, documentant leur périple sur leur page Instagram @Yvonalaventure. « On en a bien profité l’été dernier pour visiter la Côte-Nord jusqu’à Kegaska et pour passer plusieurs fins de semaine en nature. On compte bien refaire la même chose cet été et on a déjà prévu de partir aux iles de la Madeleine en septembre. » Les statistiques illustrent bien l’engouement populaire récent pour le loisir. Selon les deux éditions spéciales sur la COVID-19 du rapport sur le camping nord-américain*, 46% des campeurs d'Amérique du Nord en 2020 étaient de nouveaux campeurs ou des gens qui n’avaient pas campé depuis plusieurs années. De plus, 27% des nouveaux campeurs en VR (26% en tente) en 2020 affirmaient vouloir très certainement camper de nouveau en 2021.

En particulier au Canada, d’après le Conseil canadien du camping et du VR**, 21% des campeurs canadiens en 2020 étaient de nouveaux campeurs et 20%, d’anciens campeurs qui avaient recommencé à pratiquer l’activité. En outre, 46% des nouveaux campeurs canadiens planifiaient de continuer à camper en 2021. 

46% des campeurs nord-américains en 2020 étaient de nouveaux campeurs ou des gens qui n'avaient pas campé depuis plusieurs années.

Pourquoi autant de nouveaux campeurs ?

L’engouement pour le camping depuis le début de la pandémie a augmenté principalement parce que c’est le mode de voyage considéré comme le plus sécuritaire selon 59% des campeurs et 45% des non-campeurs nord-américains. C’est aussi une façon accessible et sécuritaire de faire des activités de plein air, tout en maintenant une distanciation sociale.

Les voyages sur la route en camping étaient perçus comme le mode de vacances le plus sécuritaire par 24 % des voyageurs en général, 14% des campeurs et 34% des campeurs potentiels (soit les gens qui ne faisaient pas de camping avant la pandémie et qui disaient maintenant penser à s’y mettre). Quant au type d’expérience de camping que les répondants entrevoyaient, 39% ont mentionné vouloir devenir caravaniers à temps plein ou vivre la vie de caravanier (vanlife), ainsi que 12% des non-campeurs. De plus, 32% des campeurs voulaient partir pour un voyage sur la route qui inclurait le camping de même que 22% des non-campeurs.

«Cet intérêt marqué pour le camping n’est pas étranger à la pandémie et à la difficulté de voyager. Le côté sécuritaire, c’est que tu voyages avec ta bulle. Tu n’es pas dans un établissement comme un hôtel ou un motel. Tu peux voyager, mais tu es dans ta maison avec tes proches et tes affaires. Et tu peux te faire à manger aussi », soulignait Louise Gagnon, directrice de Camping Caravaning, à Radio-Canada***, en ajoutant qu’ainsi le risque de contracter la COVID-19 diminue beaucoup. 

« Oui, la pandémie a causé une montée de la popularité du caravaning puisque davantage de gens ont vu que c’était un mode de vacances plus sécuritaire, d’autant plus qu’il n’y a pas vraiment beaucoup d’autres options en ce moment », nous déclarait en avril Shane Devenish, directeur général du Conseil canadien du camping et du VR (CCCVR) et président de l’Association canadienne des véhicules récréatifs (ACVR). C’est aussi plus économique que d’autres modes de vacances, selon une étude de l’ACVR publiée en mars 2021 (crva.ca/fr/analyse-du-cout-desvacances-en-famille-2020).

Une autre importante raison est que les Canadiens ne peuvent pas encore traverser librement les frontières au moment d’écrire ces lignes, alors les escapades routières au pays devraient encore avoir la cote cet été. « Destination Canada va promouvoir massivement le tourisme intérieur, ce qui aidera l’industrie du VR », ajoutait M. Devenish. C’est aussi le cas de Tourisme Québec qui préparait ce printemps une campagne pour encourager plus que jamais les Québécois à visiter leur province. 

Enfin, pour confirmer la montée du caravaning, Shane Devenish nous a fourni des statistiques de livraisons de VR aux grossistes en Amérique du Nord. Un tableau montre les données des années 2011 (252 300) à 2021 (533 350 – estimation), soit une croissance de 111% en dix ans, et de 24% entre 2020 (livraison de 430 412 VR) et 2021. Juste en février 2021, un sondage de l’association de l’industrie du VR auprès des Une autre importante raison est que les Canadiens ne peuvent pas encore traverser librement les frontières au moment d’écrire ces lignes, alors les escapades routières au pays devraient encore avoir la cote cet été. « Destination Canada va promouvoir massivement le tourisme intérieur, ce qui aidera l’industrie du VR », ajoutait M. Devenish. C’est aussi le cas de Tourisme Québec qui préparait ce printemps une campagne pour encourager plus que jamais les Québécois à visiter leur province. Enfin, pour confirmer la montée du caravaning, Shane Devenish nous a fourni des statistiques de livraisons de VR aux grossistes en Amérique du Nord. Un tableau montre les données des années 2011 (252 300) à 2021 (533 350 – estimation), soit une croissance de 111% en dix ans, et de 24% entre 2020 (livraison de 430 412 VR) et 2021. Juste en février 2021, un sondage de l’association de l’industrie du VR auprès des fabricants a relevé 48 286 unités vendues, une hausse de 30,1% en un an, comparativement aux 37 113 véhicules livrés en février 2020 (crva.ca/north-americafebruary-rv-shipments-up-30-bestfebruary-on-record). 

Un couple et sa caravane

Une autre importante raison est que les Canadiens ne peuvent pas encore traverser librement les frontières au moment d’écrire ces lignes, alors les escapades routières au pays devraient encore avoir la cote cet été. « Destination Canada va promouvoir massivement le tourisme intérieur, ce qui aidera l’industrie du VR », ajoutait M. Devenish. C’est aussi le cas de Tourisme Québec qui préparait ce printemps une campagne pour encourager plus que jamais les Québécois à visiter leur province. Enfin, pour confirmer la montée du caravaning, Shane Devenish nous a fourni des statistiques de livraisons de VR aux grossistes en Amérique du Nord. Un tableau montre les données des années 2011 (252 300) à 2021 (533 350 – estimation), soit une croissance de 111% en dix ans, et de 24% entre 2020 (livraison de 430 412 VR) et 2021. Juste en février 2021, un sondage de l’association de l’industrie du VR auprès des grand lit couvert, avec une fenêtre pour voir les étoiles. Elle et son conjoint, tous deux plutôt grands, y seront un peu à l’étroit, mais qu’à cela ne tienne, leur «goutte d’eau» leur servira bien pour toutes les virées qu’ils se promettent de faire au Québec cet été. 

Image Camping Caravaning

Nathalie a découvert dans les réseaux sociaux toute une communauté de propriétaires de cette caravane en forme de goutte d’eau. Elle s’est abonnée à plusieurs groupes dans Facebook, pour profiter du réseautage entre campeurs pour obtenir des conseils techniques, des trucs pratiques et des suggestions de matériel à emporter et d’endroits où loger.

«Cette année, le défi sera de trouver des emplacements pour faire du camping, croit-elle. La pandémie complique un peu les choses. Il y aura beaucoup de monde au Québec. Les places dans les parcs de la Sépaq sont déjà limitées. Le réseautage sera primordial. Il y a de belles initiatives, comme ces producteurs agrotouristiques qui offrent une nuitée gratuite aux campeurs. Ça tombe dans mes intérêts, parce que j’aime beaucoup faire ce genre de visite chez des agriculteurs et viticulteurs où on peut acheter des produits. » Il s’agit du réseau Terego, lancé en 2017 sous le nom de Terroir en VR. Plus de 270 producteurs et artisans canadiens (dont 178 au Québec) offrent d’un à cinq emplacements sans services sur leur terrain aux voyageurs membres de Terego. 

La popularité du camping et du caravaning se poursuivra-t-elle une fois la pandémie terminée? Tous les joueurs de l’industrie souhaitent évidemment une réponse positive à la question. Les prochaines années nous la fourniront.

Qui sont les adeptes de la vanlife ?

Prendre la route à bord d’une fourgonnette aménagée, c’est très à la mode et le phénomène semble avoir pris de l’ampleur depuis le début de la pandémie. Le magazine en ligne Go-Van a voulu mieux connaître les statistiques et les tendances de la vanlife au Québec. Il a fait circuler un sondage sur le sujet sur des pages et des groupes Facebook spécialisés, entre le 15 janvier et le 15 février 2021. Plus de 1 000 adeptes de ce mode de vie y ont répondu. On y apprend une foule de renseignements, toujours intéressants, parfois même surprenants. Le portrait des répondants – 55% sont âgés de 25 à 49 ans ; 40% de 50 ans et plus – nuance à lui seul l'idée que la vie sur la route soit réservée aux plus jeunes.

À bord de quel type de véhicule les répondants voyagent-ils ? Eh bien, un peu plus de la moitié (53%) optent pour un véhicule de type fourgon (ProMaster, Transit ou Sprinter) alors que seulement 15% se promènent avec des VR de type Westfalia ou Eurovan. La très grande majorité des répondants sont propriétaires de leur véhicule (93%). Leur kilométrage annuel ? Entre 10 000 et 50 000 kilomètres. 

Les nouveaux adeptes de ce style de vie sont réellement nombreux puisque 71% des répondants disent l’avoir adopté depuis moins de cinq ans. Leur saison préférée pour prendre la route? Sans contredit l’été, le choix de 60% d’entre eux. VR et vacances, ce n’est toutefois pas pour tout le monde. En effet, bien que la majorité des répondants disent oublier le boulot une fois à bord de leur véhicule (60%), 30% mentionnent y travailler ou encore vouloir y travailler davantage. 

À la fin d’une longue journée sur la route, où s’arrêtent les adeptes de la vanlife ? Le tiers des répondants se logent dans des campings traditionnels. Un peu plus de la moitié (54%) le font parfois et 13%, jamais. Le type d’hébergement qui semble faire l’unanimité chez les répondants, ce sont les sites en nature ou improvisés (sur le bord de la route ou en forêt, par exemple), ce que permet la pratique du camping en autonomie. SM

Sur le même sujet

Haltes routières - Camping Caravaning

Haltes routières

Vol 28, no. 1, Mars-avril 2022

Lire l’article