Vulnérabilité

2 juin 2024

Cette semaine, je me suis retrouvé dans une situation que, pour être poli, je qualifierais de très inconfortable, pour ne pas dire chiante. Vendredi, en fin de journée, une ambulance, tous gyrophares allumés, mais sirène muette — nous ne sommes quand même pas aux États-Unis, ici le respect de la tranquillité l’emporte encore sur le spectaculaire et le tonitruant —, s’immobilise devant la caravane de nos voisins immédiats.

Pendant qu’un des ambulanciers pénètre à l’intérieur du VR, le second sort la civière de service. Le camping entier, muet et en émoi, devient aux aguets. Chacun des membres de la communauté cherche à comprendre ce qui se passe. La venue d’une ambulance sur un terrain de camping crée toujours une situation d’autant plus malaisante si elle se produit dans la section des campeurs saisonniers. 

Dans ce quartier, où certains sont présents depuis cinq, dix et même plus de 20 ans, des liens, souvent étroits, se sont tissés au fil des années. Plus efficace encore que le tocsin d’autrefois, les gyrophares annoncent à tous que l’un des nôtres se trouve dans une situation médicale nécessitant une intervention rapide des paramédicaux. Du coup, un sentiment d’inquiétude s’installe dans l’esprit de chacun.

Michelle et moi avons déjà vécu une situation similaire, en 2010, alors que nous étions au Happy Traveller RV Resort à Palm Springs, CA. Tôt le matin, sirènes et gyrophares activés, une ambulance, une unité d’urgence et une voiture de police s’étaient immobilisés directement devant l’entrée notre emplacement afin de porter secours à notre voisin immédiat. 

Voir autant de véhicules brusquement et bruyamment se pointer devant son entrée, ça réveille, croyez-moi ! Nonagénaire, notre voisin n’avait pas vraiment le profil d’un trafiquant de drogue ou d’un terroriste et il avait largement dépassé l’âge de commettre un crime passionnel. Ne restait donc que la possibilité d’une chute, d’un malaise, cardiaque ou cérébral. Une heure plus tard, il quittait les lieux complètement recouvert d’un drap blanc.

Trois jours après, sa vieille Airstream avait été vendue et sortie du terrain. Au suivant, au suivant, comme le chantait Jacques Brel. Certes, l’événement nous avait pris par surprise, mais comme nous n’avions fait qu’échanger quelques mots avec ce voisin, aucun choc psychologique réel n’avait suivi.

Hier, la chose fut différente. Après plus d’un mois de voisinage, nous avions mieux connu ce voisin, dont la sociabilité, la discrétion et la serviabilité nous avaient séduits. En un mot, petit à petit, nous avions appris à le connaître et à l’estimer. Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes sans nouvelles officielles de son état de santé, mais il semblerait que ce soit un léger malaise, ce que des tests médicaux plus approfondis devraient confirmer et permettre de corriger.

Malgré tout, un événement aussi impromptu que malheureux amène à réfléchir. Vivre une pareille situation alors que l’on est en voyage, en camping ou en visite m’est apparu comme beaucoup plus déstabilisant que si pareille chose s’était passée à domicile. Qu’on le veuille ou non, et même si cela s’avère toujours une expérience stressante, dans un domicile fixe, la présence de repères stables contribue à ramener un certain calme.

En voyage ou en camping, nous sommes habituellement seulement de passage, l’enracinement a rarement le temps de s'approfondir. En cas d'urgence, les règles, les procédures, l’identification et le recours aux ressources médicales, sans oublier la nécessité de contacter les assureurs, tout se complique et devient source d'angoisse car, tout devient différent et les habitudes repères associés à notre milieu naturel s'évanouissent.

Mais, plus que tout, voir une ambulance arriver devant la caravane de son voisin fait prendre conscience de notre vulnérabilité et de notre fragilité. Et si cette ambulance avait été pour moi ou ma conjointe ? Après tout, chaque jour qui se lève nous rapproche de la date fatidique.

Heureusement, ce matin il fait beau, le soleil s’est levé et je compte bien en profiter. Demain sera un autre jour et on verra, du moins… je l’espère

Commentaires

Marie Claude

Bonjour 🚑 Je suis paramédic depuis 33 ans( on ne de dit plus ambulancier/cière svp)🙏🏻 Nous essayons le plus possible d’être discret 🫥lors d’interventions dans des campings mais c’est très difficile: jaune lumière bruit…peut être que parfois nous paraissons un peu froid ou distant 😒avec les voisins ou « ouèreux » mais nous sommes tenu au secret professionnel. 🫢Donc on ne peut pas vous donner de l’info même si c’est votre ami depuis 10 ans.🙂‍↔️ Pour nous, allez faire un intervention dans un camping c’est toujours un peu 😱angoissant ( espace restreint, liste ou médicaments 💊 pas à jour, pêle-mêle, carte assurance pas au camping, fait très 🥵chaud, beaucoup de monde). Mais malgré tout, l’entraide est exceptionnelle sur un camping, merci d’être si avenant avec nous.😇 Bonne saison et profitez du temps, on ne sait jamais combien il en reste 😉

Andre

Nous avons tous une date de péremption qui nous guette, faut donc absolument profiter de tout ce qui passe, dans les limite de notre santé et notre budget, mais quand même ne jamais remettre à plus tard. Avec l’âge, on devient plus ampathique, ce qui arrive aux connaissances et encore plus aux amis, nous touche et on se dit « et si c’était nous! ».z

Josée

En 2018 ma mère est décédée en Floride d’un malaise cardiaque. Nous n’étions pas sur place mais sommes allés rejoindre mon père en urgence. Heureusement les assurances ont payé la facture qui était très importante. Ce fut très traumatisant et nous faisons preuve de prudence lorsque nous voyageons. On ne doit jamais perdre de vue qu’on est pas chez nous et donc très vulnérable quand il se produit un événement dramatique.

Jean rené

C est drôle que vous parliez de ça Je roule un classe B , PROMASTER pas vraiment camping , mais quelques rassemblement Et voyage , je quitte en Août pour 6/8 mois Et je me pose la question ? Après avoir investi toute cette ARGENT Me reste t’il , un 1500$ pour équiper mon VR d un défribillateur cardiaque portatif , c’est le prix d une batterie lithium ou d une toilette compost Qui pourrait servir en cas d urgence 🆘 Je suis en réflexion 🤔

Dumoulin

Et oui cela surprend, surtout quand cela nous arrive, dans mon cas le 4 décembre dernier, crise de coeur, ce qui a mis notre départ pour le Sud en janvier dans les oubliettes, bye bye le Sud cet année. Heureusement la convalescence s'est bien dérouler et partirons dans quelques jours pour l'Ouest canadien.

Carol

Pour voyager seul ,le mois dernier en Floride j’ai été pris d’un malaise ,j’ai contacter l’accueil du camping ,les informants de mon malaise ,ils ont appelé immédiatement une ambulance ,quelques minutes plus tard Pompier et Ambulanciers sont arriver très discrètement,conclus qu’une visite a l’urgence était requis….finalement pierre au rein ,heureusement j’avais mon assurance voyage ,après quelques heures ,toute était régler soins et factures de l’hôpital et ambulance …..

Pour nous faire part de votre commentaire sur ce billet, veuillez remplir ce formulaire.

*Seul votre prénom et commentaire seront publiés

Sur le même sujet

Paul Laquerre

Rêves, réalité et... projet

16 juin 2024

En savoir plus +

Yves et Joanne

On se sauve de Lee…

13 juin 2024

En savoir plus +

Paul Laquerre

Resserrement à la frontière

9 juin 2024

En savoir plus +