Quand une lecture attentive s'impose

26 août 2023

Même s’il reste encore près d’un mois avant que l’été soit derrière nous, la fin du mois d’août signifie que le temps de renouveler ou de dénicher un emplacement de camping pour la prochaine saison estivale est venu. Plusieurs campings visités ces derniers jours m’ont confirmé avoir avisé par écrit leurs résidants de manifester leur intérêt de conserver ou non leur emplacement pour 2024. Dans la majorité des cas, une réponse affirmative se traduit par un dépôt, souvent non remboursable, de plusieurs centaines de dollars. Voilà de façon succincte les principales règles du jeu.

Comme il fallait s’y attendre, en matière d’emplacements pour saisonniers, la plupart de ces campings affichent complets, certains d’entre eux présentent même une liste d’attente. Dès que les sédentaires actuels auront rendu leur réponse, les caravaniers qui attendent patiemment au portillon seront appelés dans l’ordre de leur inscription sur la liste de clients potentiels.

Cette année, Michelle et moi avions choisi d’opter pour la formule camping saisonnier, afin de disposer d’un camp de base où nous retrouver entre nos différentes escapades. Le camping retenu étant dans les Cantons de l’Est, après quelques semaines, nous prîmes conscience que, malgré sa beauté, ses attraits et ses ressources, cette région ne répondait pas à nos racines, si tant est que des nomades puissent parler de racines.

En fait, il serait plus juste de dire que nous avions l’impression de nous retrouver coupés de nos contacts familiaux et sociaux. Comme si, être obligés de rouler des dizaines de kilomètres sur l’autoroute 10 pour retrouver nos proches nous pesait lourd. Encore une fois, un sentiment pour le moins dissonant de la part d’une personne se percevant comme un errant quasi-professionnel. Mais, bref, les impressions et les sentiments font souvent fi de la rationalité ! Conséquemment, il était hors de question d’ajouter une autre année de séjour à ce camping.

Après avoir visité 8 ou 9 terrains de camping en Montérégie — j’en ai perdu le compte — ce qui nous rapprochait de notre réseau familial, amical et fonctionnel, j’ai pris la mesure de la difficulté à dénicher le coin de paradis où amarrer son VR. Bien sûr, Michelle et moi avions précisé et classé nos critères, mais il était facile pour plusieurs campings de satisfaire plusieurs d’entre eux. C’est vraiment dans les détails que tout se joue ; une démarche fastidieuse, exténuante, mais également fort instructive.

J’en suis sorti avec la conviction qu’avant de se lancer dans une telle démarche, il est de toute première importance de préciser ses besoins, ses attentes et de leur attribuer un certain poids qui permettra de déterminer la note de satisfaction que se méritera chaque camping visité. À titre d’exemple, alors que Michelle avait placé très haut dans l’échelle de ses valeurs, la présence d’une piscine, du soleil, mais aussi de l’ombre et de la tranquillité, de mon côté devant chaque emplacement où j’arrêtais, je regardais mon téléphone pour connaître la puissance de réception des ondes cellulaires et la qualité du signal Wi-Fi.

J’ai également noté combien il est essentiel de poser des questions sur les règlements en vigueur, sur les montants facturés aux visiteurs et invités ainsi que d’autres frais moins apparents. La pelouse est-elle entretenue par le camping ou chaque caravanier doit-il s’en charger ? Lorsque cette responsabilité est dévolue au locataire, au lieu de s’acheter une tondeuse, peut-il se procurer une chèvre comme animal de compagnie et lui confier la tonte de sa pelouse ?

Cela peut sembler exagéré, mais j’ai vu des restrictions étonnantes imposées à des campeurs saisonniers fixant un pourcentage maximum de jours de présence autorisés pour la saison, ou encore interdisant l’usage du climatiseur pour ne pas surcharger le réseau électrique du camping. Je pourrais en débiter d’autres, tout aussi abracadabrantes, mais vous avez compris l’importance de scruter toutes les dispositions du contrat et de lire attentivement la ou les feuilles énonçant les règlements en vigueur.

Une fois votre signature apposée au bas des documents, il sera trop tard pour négocier des modifications. 

Commentaires

Pour nous faire part de votre commentaire sur ce billet, veuillez remplir ce formulaire.

*Seul votre prénom et commentaire seront publiés

Sur le même sujet

Paul Laquerre

Youyou et sécurité sur la route

14 juillet 2024

En savoir plus +

Yves et Joanne

Lockeport... Une découverte comme on les aime

10 juillet 2024

En savoir plus +

Paul Laquerre

Catastrophe, mon frigo sue. Au secours !

6 juillet 2024

En savoir plus +