En attendant Lee à Digby...

31 mai 2024

Tout au fil de notre traversée du Nouveau-Brunswick, sur son interminable autoroute au milieu des bois, le sujet de l'heure est l'arrivée de Lee... L'ouragan se promène encore dans les Caraïbes, mais il s'en vient irrémédiablement vers les Maritimes. Où touchera-t-il terre ? C'est la question ? Les spéculations vont bon train.

J’ai cependant d’autres préoccupations puisque, à la fin de notre traversée nord-sud-est du Nouveau-Brunswick, nous nous sommes mis à chercher un endroit où passer la nuit sans nous éloigner trop du traversier St John’s – Digby. Après avoir visité un petit parc en bord de mer, où le stationnement de nuit était interdit, nous avons entendu un drôle de bruit provenant de sous le VR. Je n’ai rien vu en faisant le tour du véhicule, jusqu’à ce qu’un gars me rapporte un long bout de tuyau du système d’échappement. Super gentil le gars… On regarde en dessous et il devient bien évident que le silencieux était en train de se démembrer. Bon ! C’est souvent dans des moments comme ça que ça se produit. Ça ne nous empêche pas de rouler, mais disons qu’on n’a pas l’esprit parfaitement libre.

Image Camping Caravaning Digby avant l'ouragan

Une solution au problème

Devant l’absence de camping à proximité du quai d’embarquement du M.V. Fundy Rose, il faut se résoudre à passer la nuit sur le stationnement d’une grande épicerie située à un jet de pierre de Digby Ferry Road.

En arrivant, je me mets au téléphone afin de faire réparer mon silencieux avant le départ du lendemain, en début d’après-midi. Pas évident ! Nous sommes jeudi en fin PM. Si je ne trouve pas une place demain matin, ça devra attendre encore un bout de temps. Et, j’ignore si vous êtes comme moi, mais quand un problème mécanique survient, je souhaite le faire régler le plus rapidement possible et ne pas endurer des bruits anxiogènes durant des jours et des semaines en se demandant quand est-ce que ça va lâcher ?

J’ai subi plusieurs refus, mais les garagistes ont au moins l’amabilité de me référer à d’autres qui pourraient avoir plus de possibilités. Ce qui finit par se présenter avec un garage spécialisé qui me fixe un rendez-vous à son ouverture, à 7 :30 le lendemain. 

Vendredi matin, j’avance sur le puits du garage à l’heure prévue et j’ai quelques heures d’attente avant de récupérer un VR qui roule doux. Avec ça, vient une facture de près de 700 $ que je règle avec un sourire crispé, quand même heureux d’avoir solutionné le problème aussi rapidement. Après tout, lorsqu’on se promène dans un VR qui a 32 ans, il faut s’attendre à ce que ça brise de temps en temps. Ne lâche pas mon Hobo !

Image Camping Caravaning Dans le traversier St John's à Digby

En mer et sur terre

Dès l’entrée sur le Fundy Rose, le bateau impressionne par ses dimensions. Construit en 2000, il mesure 124 mètres de longueur par 19 mètres de largeur. Il possède deux ponts, camions et autos, avec une capacité de 774 passagers. La navigation dure 2 heures 15 et le prix, 130,60 $ aller seul, plus 43,90 $ par passager ainé, m’a un peu décontenancé. Pourquoi ne pas être passé par Moncton et relier la Nouvelle-Écosse par la route à ce moment ? Sincèrement, je me le demande encore. Question d’itinéraire sans doute ?

En traversant sur une mer étale de St John's, N-B, à Digby, Nouvelle-Écosse, la cible de l’ouragan Lee se précise. Digby et ses environs devraient recevoir de plein fouet la nouvelle tempête d’ici deux jours. C'est justement là où nous allons !!! 

Nous débarquons pour deux jours dans un charmant petit camping de la capitale mondiale du pétoncle et sommes accueillis par un soleil resplendissant qui ne semble pas prêt à céder sa place tout de suite même si les vents, eux, se font progressivement plus insistants. On en profite au max... Oui ! Mais la bête s'en vient. Que faire ? Où se mettre à l'abri dans les prochains jours ?

Digby

Digby Campground est un petit camping des plus agréables, au fond d’une baie étroite. Plutôt déboisé, il se prête bien à la sociabilisation avec la place de feu commune où les campeurs se regroupent en fin de journée. Les propriétaires sont extrêmement accueillants et accommodants. 

Il faut reconnaitre que depuis le temps que nous explorons les régions côtières : le Saint-Laurent, le Labrador et toutes les provinces des Maritimes en plus de la Côte-Est américaine, nous commençons à connaitre le pattern classique des villages de pêcheurs. Il y a toujours le quai, sur lequel on peut parfois se trouver une place où s’installer. Il faut aller au-devant des pêcheurs et discuter avec eux pour se faire accepter. Comme nous sommes des amoureux de poisson et de fruits de mer, nous adorons faire nos provisions sur place, mais il est rare qu’on puisse se procurer des produits de la pêche directement des gens de mer. Normalement, on trouve une usine de transformation à proximité et il s’agit souvent du meilleur endroit où acheter les fruits de mer à bon prix avec une fraicheur imbattable. Sinon, comme c’est le cas à Digby puisque la saison de pêche est terminée, les coopératives locales ont un point de vente qu’il faut trouver et où les prix sont très accessibles. 

Image Camping Caravaning Camping Digby

Par exemple, le prix des gros pétoncles congelés peut tourner autour de 50 $ la livre sur le marché alors que la coop locale les vend à la moitié de ce prix. Et si vous avez le gout de faire différent, essayez les bajoues de morue, et même celles de flétan. Un mets absolument divin, juste poêlé quelques instants, sel et poivre, ail et citron. Si vous avez un bon congélateur à bord du VR, c’est le temps de faire des provisions.

Malheureusement, si vous voulez manger du bon poisson dans les restaurants locaux, vous risquez de vivre des déceptions. Le test que j’effectue partout où je vais est celui de la chaudrée de fruits de mer. Digby ne l’a pas passé. Et pas juste Digby. On dirait que les Canadiens n’ont de gout que pour la friture qui neutralise les saveurs. Le poisson à la poêle ou au four est une vraie rareté. On dirait aussi qu’ils craignent les épices, ce qui rend la chaudrée plutôt fade. C’est comme la bière qu’ils préfèrent légère et sans caractère. Trouver une rousse est un défi. Imaginez une stout…


Au prochain blogue, l’ouragan Lee nous rejoint.


Pour mieux préparer votre voyage, je vous recommande le guide de voyage Explorez Halifax et la Nouvelle-Écosse, aux éditions Ulysse, version papier ou numérique.

Image Camping Caravaning Le centre-ville de Digby

Sur le même sujet

Paul Laquerre

Youyou et sécurité sur la route

14 juillet 2024

En savoir plus +

Yves et Joanne

Lockeport... Une découverte comme on les aime

10 juillet 2024

En savoir plus +

Paul Laquerre

Catastrophe, mon frigo sue. Au secours !

6 juillet 2024

En savoir plus +