Encore des dérives

7 mai 2023

Tous les lecteurs réguliers de ce blogue le savent, Facebook et les dérives qui en découlent me causent souvent des crises d’urticaire. Au risque de me faire traiter de « vieux chialeux », je reviens pour la nième fois sur le sujet.

À la base, la popularité des réseaux sociaux repose sur trois éléments. Le premier, est qu’ils sont faciles d’accès, en quelques clics, n’importe qui peut mettre en ligne ses états d’âme, des nouvelles de son chien ou la photo du plat qui vient de lui être servi au restaurant, bref à peu près tout ce qui peut venir à l’esprit humain.

Cette remarquable facilité à communiquer en amène plusieurs, confrontés à une difficulté ou un problème, à solliciter de l’aide ou simplement un conseil de la part des membres du groupe. La gamme des demandes est on ne peut plus vaste, porter sur des questions existentielles ou témoigner d’une grande naïveté : « J’ai laissé mes clés dans l’auto et je suis embarré dehors, qu’est-ce que je fais ?

Dans les secondes qui suivent, les réponses se multiplient à l’écran. Chacune d’elles apportant un éclairage sur la personnalité de son auteur. Cinglante : “Marche” ; empathique : “Comme je te comprends, cela m’est déjà arrivé” ; pragmatique : “Casse la vitre du passager et tire le loquet vers le haut, ainsi, il y aura moins d’éclats de verre sur ton siège” ; culpabilisante : “C’est de ta faute, alors débrouille-toi” ; méprisante “tu parles d’un toto” ; moralisatrice : “j’espère que cela te servira de leçon” et j’en passe.

Cependant, la plupart du temps, les réponses apportées témoignent d’un profond désir de s’entraider, un des fondements de la raison d’être des réseaux sociaux. Malheureusement, même si celles-ci sont formulées par des personnes bien intentionnées, rien n’assure de la compétence réelle de leurs auteurs.

À titre d’exemple, il y a quelques jours sur un groupe relié à Camping Caravaning, une personne sollicita des conseils pour s’assurer de capacité de son tracteur à remorquer sa caravane. Plusieurs membres du groupe répondirent à son appel. Bien intentionnée, chacune d’entre elles apportait sa brique à la construction de la réponse attendue du demandeur.

Malgré la bonne volonté témoignée dans les éléments de réponse, plusieurs erreurs s’inséraient un peu partout. Des interprétations témoignant d’une méconnaissance des éléments techniques reliés au problème risquaient d’induire en erreur la personne ayant formulé la demande initiale ou, à tout le moins, augmenter son niveau de confusion.

Dans le cas cité, une des premières réponses soulignait que la masse à vide de la caravane et le poids au timon spécifié par le manufacturier du VR étant respectivement de 4430 et de 445 livres, il fallait additionner les deux nombres pour déterminer le poids réel du véhicule récréatif à vide. Faux : ces 445 livres sont déjà intégrées au poids de la caravane, ce nombre approximatif, nullement scientifique, était tout simplement transféré sur la boule du tracteur.

D’autres erreurs du même type s’ajoutaient au fur et à mesure que les commentaires se multipliaient. Je le répète, il n’est pas question de remettre en question la bonne foi des personnes ayant répondu à la demande. Leur objectif d’aider était bien réel et tout à leur honneur. Pourtant, plus les réponses abondaient, plus la confusion devenait palpable. Imaginons un instant le tort qu’un esprit malfaisant aurait pu causer à la discussion.

Au-delà de cet exemple, je m’interroge sérieusement sur les mécanismes qui pourraient être instaurés pour débusquer et corriger les éléments de mésinformation présents dans les réseaux sociaux. 

Qu’un groupe Facebook généraliste créé par des personnes partageant des affinités tolère des dérives ou des informations erronées, passe encore, mais lorsque ce groupe est, d’une quelconque façon, lié à une organisation comme la FQCC, les choses m’apparaissent différentes. Qu’on le veille ou non, selon moi, plusieurs personnes membres de ce groupe pourraient imaginer que les propos publiés sont cautionnés par la Fédé ou Camping Caravaning.

Je continue ma réflexion, mais, si vous avez des idées ou des suggestions de moyens pour éviter de telles dérives et préserver la crédibilité et la notoriété de notre association, ne vous gênez pas pour réagir. 

Commentaires

Pour nous faire part de votre commentaire sur ce billet, veuillez remplir ce formulaire.

*Seul votre prénom et commentaire seront publiés

Sur le même sujet

Paul Laquerre

Bientôt un VR de classe A électrique ?

18 mars 2024

En savoir plus +

Paul Laquerre

Pour de meilleures réponses

20 août 2023

En savoir plus +

Paul Laquerre

L'arroseur arrosé

13 août 2023

En savoir plus +